Apprendre à calculer

Dans tout jeu combinatoire, la capacité à calculer d’un joueur est une part importante de la force d’un joueur.

Cette capacité peut s’acquérir, se développer et s’aiguiser par de diverses méthodes ; elle peut également se ternir temporairement en cas de fatigue ou de longue période sans l’entretenir.

Pour mesurer cette capacité il faut parler de « l’arbre de calcul », qui comme un arbre peut être plus ou moins grand et avoir plus ou moins de branches.

Pour illustrer ceci je vais utiliser le cas concret du jeu de morpion, appelé aussi (oxo dans certains pays).

Ce jeu est vraiment simple et comporte 9 cases, or lorsque l’on commence il y a vraiment que trois possibilités : le centre, un coin et un côté, ( le jeu étant symétrique les 4 coins et 4 côtés n’ont pas d’importance au début).

Ce qui commence notre arbre de calcul comme suivant :

Votre arbre a pour l’instant 3 branches car trois choix sont possibles et sa grandeur est pour l’instant que de 1 ( un seul coup de calculé), la grandeur s’appelle en réalité la profondeur (car étonnamment votre arbre va pousser dans le sol). C’est à notre adversaire de commencer qui décide donc de jouer en 1er coup le centre :

Ici il n’a que deux possibilités : Coin et Côté.

Dans l’arbre voici ce que cela représente :

L’arbre a une profondeur de 2 et n’a que 2 branches. On va ensuite calculé le cas ou on joue un coin :

Enfin les choses se compliquent nous avons maintenant 7 choix qui vont représenter 7 coups de l’adversaire :

Spoiler

En vrai les coups 2 et 4 ; 1 et 7 ; et 3 et 6 son similaires.

[collapse]

Vous pouvez voir que certains coups sont en orange. Ces coups menacent un gain et donc notre réponse sera forcé, c’est le cas le plus facile à calculer et donc la bonne méthodologie de calcul est de calculer ces coups en priorités, car ils sont les plus simple à calculer.

Exercice : Continue les branches de l’arbre tant que les branches sont oranges .

Correction

Cet arbre est un petit peu plus grand que celui de l’exercice car il comporte le dernier coup des branches 3 et 6 qui sont en gris car il s’agit du seul coup restant.

Techniquement on a calculé 7 coups à l’avance mais ils étaient tous forcés.

Exercice : Essayes de t’imaginer les coups joués et note la position finale.

[collapse]

Et au shogi alors ?

Au shogi l’on fait aussi des arbres de calculs, bien entendu il y a plus de possibilités qu’au morpion et la plupart du temps l’on ne calcule pas jusqu’au mat du Roi adverse.

Donc on ne calcule pas tous les coups possibles mais l’on a des coups candidats.

Premièrement après un coup adverse il faut détecter la ou les menaces qui sont souvent plus subtil qu’au morpion ! ( si vous n’arrivez pas à détecter la menace au morpion vous manquez probablement d’attention. )

Pour cela il faut deux choses :

Si il y a menace vous avez deux possibilités :

  • Parer la menace adverse.
  • Essayer de créer une menace encore plus forte pour vous.

Dans ce cas les branches que vous allez calculer sont pas forcement nombreuses, en effet il existe souvent pas 36 manières de parer une menace.

Si il n’y a pas de menace adverse les coups que vous devez envisagé sont des coups qui créent une menace ( ou même plusieurs !) .